logo-panzani

L’Espace des Chefs

Michael Ferrari : La Restauration et le Digital

10 août 2016

La Restauration et le Digital : Itw de Michael FerrariManager des commerciaux terrains France de LaFourchette.com et Expert Digital pour « Tous au Restaurant » :

Qu’est-ce que lafourchette.com et quels sont vos projets actuellement ?

LaFourchette.com est un site qui référence plusieurs restaurants et met en avant leurs opérations de promotions. Il est aussi disponible sous l’application LaFourchette. Il permet également aux utilisateurs de laisser des commentaires et de noter les restaurants après leur repas. Cette plateforme est donc un point de contact entre les clients et les restaurateurs, car elle apporte à la fois du choix et de l’information aux clients et plus de visibilité aux restaurateurs.
LaFourchette est aussi aujourd’hui propriétaire et opérateur technique du projet “Tous au restaurant”, dont la 7ème édition se tiendra le 19 septembre prochain. Le principe est simple : 2 semaines pour découvrir les belles tables de France. Les restaurants voulant participer se manifestent, puis les clients peuvent les découvrir en réservant sur le site. Il y a aussi une partie « Tables d’exceptions », avec de belles adresses. L’entreprise soutient et accompagne depuis le début, cette initiative qui a pour but de rendre accessible la gastronomie française.

Adopter une stratégie digitale pour un restaurateur aujourd’hui, qu’est-ce que cela implique ?

Aujourd’hui le métier de restaurateur a évolué et comporte plusieurs casquettes. Celle de cuisinier, de manager, d’entrepreneur, mais aussi désormais, celle de communicant. La restauration étant un secteur très concurrentiel, il faut savoir se différencier. Ainsi, adopter la numérisation comporte 3 aspects essentiels :

  • La visibilité : Internet offre une vitrine exceptionnelle. Il est ainsi pratique et facile de trouver les établissements. Les clients bénéficient de plus d’informations pratiques et détaillées, de photos et de prix.
  • L’organisation : pour le restaurateur, cela facilite la gestion des réservations, des stocks et du personnel à prévoir.
  • La relation client : Le restaurateur s’offre un point de contact supplémentaire avec le client notamment après le repas. Grâce à l’historique de réservation des clients, il peut voir, tous les autres restaurants dans lesquels son client est allé manger auparavant. De cette manière il peut mieux connaître son profil type, cerner ses goûts et ses habitudes. Cela lui crée aussi un fichier de contacts plus important qui peut être utilisable par la suite pour des campagnes d’e-mailing. Puis, in fine, agrandit sa zone de chalandise.

Les deux principales contraintes des restaurateurs pour passer au numérique, sont souvent dues à un manque de temps et une peur du changement. La communication digitale est souvent vue comme chronophage. Le défi réside aussi dans la gestion et la maîtrise de ses outils. Il faut optimiser sa visibilité, savoir gérer les commentaires et y répondre. Ne pas tomber dans l’abus et la sur-communication. C’est pourquoi il est important de bénéficier d’un accompagnement ou de confier cette tâche à une personne spécialisée, afin d’optimiser son temps.
Pour ce qui est de la peur du changement, il est important de prendre conscience de l’ampleur des possibilités et de l’impact qu’offre Internet. Avant, l’avis sur un restaurant ne venait principalement que d’une seule personne : d’un critique culinaire spécialisé ou des guides de la gastronomie. Aujourd’hui, nous pouvons avoir 1000 avis différents sur un même restaurant, ce qui donne alors une analyse plus complète et objective. Les consommateurs ont confiance en Internet pour choisir. Aujourd’hui, nous avons à faire à des consommateurs éclairés qui cherchent à avoir toujours plus d’informations. Ils savent utiliser, à bon escient, les outils dont ils disposent. De plus, les plateformes effectuent un contrôle renforcé de leurs utilisateurs.

Selon vous quel est l’avenir du numérique dans le secteur des métiers de bouche ?

Le secteur suivra les évolutions technologiques. Nous entendons, notamment, beaucoup parler du pré-paiement qui permettrait aux restaurateurs de limiter l’impact des « no-show ».
Nous observons également une autre tendance : La révolution du mobile. Sur l’application LaFourchette, déjà plus de 50 % des réservations sont effectuées par smartphone.
Tous ces changements s’accompagneront forcément d’une évolution humaine, d’un changement de mentalité et de vision des choses, face au défi de la numérisation. Même s’il s’agit d’une adaptation constante, le principe de fond reste le même, il faut donc être capable d’en saisir les enjeux et de s’investir au mieux.

Retrouvez nos autres articles sur le sujet :

Théme(s) abordé(s):

Laissez vos commentaires

Commenter